Interview de Nob Ogaswara, traducteur de jeux Dragon Quest par Austin King

(Administrateur)
1
Master Chief
Dragon Quest SlimeDragon Quest SlimeDragon Quest SlimeDragon Quest SlimeDragon Quest SlimeDragon Quest Slime
Mardi 27 Octobre 2020 à 10:33

Austin King (@dragonquaustin), auteur du livre "The Dragon Quest Book: Interviews and Reflections on the Fandom in the West" a pu interviewer Nob Ogaswara (@DougDinsdale), traducteur de plusieurs titres Dragon Quest aux USA. Avec l'autorisation de ces deux personnes, nous vous proposons une version française de ces échanges présents sur le site d'Austin King. Un grand merci à eux!


Dragon Quest: Traduction et localisation - Interview avec Nob Ogasawara

Je ne peux pas imaginer ce que cela réprésente comme travail de traduire et localiser des jeux vidéo pour un public occidental, mais Nob Ogaswara le peut. C’est parce que Nob Ogaswara a officiellement traduit certains des RPGs les plus populaires du Japon. Bien qu'il soit surtout connu pour avoir traduit presque tous les jeux de la licence Pokémon entre 1998 et 2009, il a également traduit un certain nombre de titre de la licence Dragon Quest à la fin des années 90 et au début des années 2000.

En fait, Nob Ogaswara (aussi connu sous le nom de "Doug Dinsdalien", @DougDinsdale sur Twitter) a traduit

  • Dragon Quest I & II (connus aux USA sous le nom de "Dragon Warrior" I & II)
  • Dragon Warior III (aka Dragon Quest III)
  • Dragon Warrior Monsters 2: Tara’s Adventure (aja "Dragon Quest Monsters 2: Iru's Adventure")
  • Dragon Warrior Monsters 2: Cobi’s Journey (aka"Dragon Quest Monsters 2: Ruka's Journey")
  • Torneko: The Last Hope sur PSone (aka "Torneko no Daibōken 2: Fushigi no Dungeon".
  • De plus, il avait également commencé la traduction de Dragon Warrior IV (aka "Dragon Quest IV") sur PSone avant que le projet de localisation USA soit annulé.

En savoir plus du Nob Ogaswara, traducteur sur la licence Dragon Quest

AK: Y a-t-il quelque chose que vous aimeriez partager à propos de vous? Histoire de donner aux lecteurs une idée de qui vous êtes

NO: Je suis né dans la noblesse, destiné à être le 14e gouverneur féodal de Shinshu (actuellement Nagano) si ce système féodal devait encore exister. Je travaillais pour EGM et Game Pro au début des années 90 lorsque j'ai fait une interview improvisée avec le vice-président de NOA Exec, Peter Main, lors de la présentation de la Nintendo 64 à Tokyo. Il s'est miraculeusement retrouvé assis à côté du rédacteur en chef de Game Pro, Wes Nihei, dans le bus pour l'aéroport, et ils ont commencé à parler de moi. M. Main m'a ainsi sollicité pour NOA. Je pense qu’ils voulaient que je travaille pour Nintendo Power (magazine USA très populaire à l'époque), mais on m’a finalement confié le projet de traduction de Terranigma, et c’est ainsi que ma carrière de traduction de jeux a commencé. Donc beaucoup de chance et de témérité.

AK: Votre langue maternelle est le japonais?

NO: Je suis né japonais et et j'ai émigré au Canada à l'âge de six ans. J'y ai réalisé toute ma scolarité, y compris l'université, puis je suis allé au Japon en 1985. J'ai répondu à une petite annonce dans le Japan Times et j'ai été embauché par une agence de traduction en tant que traducteur interne pendant près de deux ans, puis je suis passé indépendant. Mon amour pour les jeux vidéo a grandi et j'ai rejoint EGM en tant que correspondant étranger.

AK: Avez-vous un jeu Dragon Quest préféré?

NO: C'est bien sûr biaisé, mais il s'agit du 3. Mais la raison pour laquelle j'ai décidé de m'essayer à la traduction de jeux était parce que je voulais traduire Dragon Quest IV.

Travailler chez Enix USA

AK: Combien de temps êtes-vous restés chez Enix USA et quels jeux Dragon Warrior avez-vous traduits?

NO: Pas si longtemps que ça. J'ai reçu un appel du producteur de localisation d'Enix USA George Torii (anciennement Square USA) vers 1998 par le biais d'une introduction de Scott Pelland de Nintendo Power. Ils m'ont fait travailler sur le remake GBC Dragon Warrior 1 + 2. J'ai aussi fait le remake de GBC Dragon Warrior 3, GBC Dragon Warrior Monsters 2 et Torneko the Last Hope sur PSX.

On m'a propos de travailler sur Dragon Quest VII, mais j'étais tellement fatigué par le travail sur les trois derniers projets réalisés en peu de temps que j'ai refusé. J'ai cependant écrit quelques lignes de la classe Baladin (Jester en anglais) pour les combats. J'ai aussi commencé à travailler sur la version PSX de Dragon Quest IV, mais cela a été annulé avant que je m'y mette vraiment à fond. Il a également été question de travailler sur d'autres titres Enix comme Grandia et Star Ocean, mais la fusion (avec Square) a eu lieu cette petite structure qu'était Enix USA n'était plus. Dommage, vraiment, Enix USA était un drôle de cauchemar - je sais que je n’ai jamais eu plus de plaisir à travailler avec qui que ce soit depuis.

AK: Outre les traductions, étiez-vous impliqués dans d'autres aspects de Dragon Quest / Dragon Warrior chez Enix? Vous aimez le marketing, les promotions ou autre chose?

SO: Non... Oh, attendez, en fait, j’ai été administrateur des forums d’Enix USA pendant environ un an. C'était marrant, mais aussi frustrant car je ne pouvais pas être désagréable avec ceux qui l'étaient.

AK: À quel moment vous (ou d'autres traducteurs sur ces projets) décidez-vous d'utiliser des traductions directes plutôt qu'une localisation plus appropriée pour le public américain et vice versa? Est-ce que vous faites cela au ressenti? Je sais que certains fans occidentaux sont assez puristes et veulent restés fidèles au texte (personnellement, je m'en fiche).

SO: Changer le texte japonais emblématique de M. Horii? Vous êtes fous? Alors... cela serait mon ressenti sur les titres sur lesquels j'ai travaillé.

La traduction de Dragon Warrior 1-3 & Dragon Warrior Monsters

AK: Dans les jeux Dragon Warrior I à III sur GameBoy Color, le héros s'appelle Loto au lieu d'Erdrick ou Roto. Y avait-il une certaine raison à cela, ou juste un choix stylistique?

NO: Non, c'était juste une erreur stupide. Je ne savais pas si c'était « Loto » ou « Roto », alors j'ai parié qu'ils ne voulaient pas «rot» dedans ("rotten", pourri en anglais), alors je suis parti sur "Loto"... Et ni George ni personne d'autres chez Enix USA ne m'a appelé, donc la faute de frappe est restée.

AK: Dans quelle mesure avez-vous été impliqué dans la nomination des monstres dans Dragon Warrior Monsters 2? Et dans quelle mesure les autres étaient-ils impliqués? Esst-ce que Yuji Horii ou quelqu'un devait spécifiquement approuver les noms choisis? Ou vous a-t-on fait confiance pour tout faire vous-même?

NO: Un bon nombre de noms avaient déjà été données dans les versions NES, et les boss devaient être nommés selon les souhaits d'Enix. (J'étais furieux quand j'ai réalisé que « Ag Devil » utilisait en fait la notation scientifique « Ag » pour « Silver » ). Sinon, j'ai pu faire ce que je voulais. George avait le droit de refuser, mais il me laissait généralement seul.

La traduction de Torneko: The Last Hope sur PSOne

AK: Vous avez également traduit le jeu PSone Torneko. À quel moment Taloon est-il devenu Torneko? J'avais lu que Paul Handelman avait décidé de faire de son nom complet Torneko Taloon pour incorporer les deux aspects de son nom. Avez-vous choisi Torneko pour une raison de traduction spécifique sur PSOne? Ou était-ce quelque chose que l'entreprise avait déjà décidé?

NO: Ca a toujours été "Torneko" pour moi et George. Je n’ai pas reçu l’ordre de l’utiliser, mais c’est quelque chose qui est venu naturellement. J'ai adoré le premier épisode SFC, alors j'ai sauté sur l'occasion pour essayer de sauver ce projet qui était sur sur le point d'être annulé à la dernière minute. La société de traduction originale (qui est toujours créditée sur le Wiki, je pense) avait fait beaucoup d'erreurs et ce fût un terrible gachis (aucun texte n'était utilisable). Elle a aussi utilisé la majeure partie du budget sans respecter les délais, et les gars de Enix Japon disaient: "Fuck it, cancel it" (dans le texte: "Oh et puis merde, annulez-le").

AK: Alors, comment avez-vous réussi à le sortir?


NO: J'ai convaincu George: "Laissez-moi faire ça. Je le ferai avec ce qui reste du budget et je le ferai dans les trois semaines qui précèdent la date limite, afin qu'Enix Japon n'ait aucune raison d'annuler"

Je l'ai fait, malgré avoir passé une nuit à l'hôpital pour une opération à l'épaule. J'ai téléphoné pour dire à George, dont les premiers mots ont été: "Alors, tu vas respecter la date limite, n'est-ce pas?". Ce fut la seule fois durant laquelle j'ai engueulé un client. J'ai terminé le travail avec mon bras gauche en bandoulière. J'ai demandé à mes enfants de recopier du texte, en essayant de leur attribuer une mention en tant que traducteurs sur au moins un titre GBC.

Traduire Dragon Quest IV sur PSOne

AK: Vous avez dit que vous aviez commencé à travailler sur la version PSone de Dragon Quest IV. Il y a une grande question dans le fandom concernant jusqu'où est allé cette traduction. Pourriez-vous partager votre progression dans le processus?

NO: Je n'étais vraiment pas loin du tout. On m'a donné une partie du chapitre de Torneko pour commencer, mais j'étais plus ou moins en train de trier et organiser les fichiers lorsque la sentence est tombée. De plus, Heartbeat fût très vexé d'apprendre qu'Enix souhaitait soumettre la traduction de Dragon Quest VIII à un appel d'offres plutôt que de leur attribuer automatiquement le travail.

AK: Je ne connais pas cette histoire. Cela vous dérange-t-il de l'expliquer un peu?

NO: La production de Dragon Quest VII a été longue et difficile, avec des gens irrités par la qualité graphique qui fût correcte seulement à la fin du développement, ce qui menaçait de prolonger la période de gestation déjà longue. Dragon Quest VII était également très buggué. Il crashait souvent. Incidemment, Heartbeat est devenu Genius Sonority qui a produit Pokemon Colosseum, Pokemon XD [tous deux sur GameCube] et DS Pokemon Troze, que j'ai tous traduits.

AK: Ce n’est pas vraiment une question. Mais je voulais dire en mon nom et en celui du fandom Dragon Quest en Occident, que j'apprécie vraiment le travail acharné que vous avez accompli. Je ne peux pas imaginer le travail nécessaire pour traduire ces énormes jeux. J’apprécie vraiment votre travail et merci d'avoir pris le temps de répondre à ces questions!

NO: Tout le plaisir était pour moi. Merci de m'en avoir donné l'opportunité. Quand je regarde en arrière, je ne peux m'empêcher de m'émerveiller de la façon incroyablement étrange et amusante de travailler pour Enix USA. Dans leur cas, je peux honnêtement dire que tout le plaisir était pour moi. Je suis très heureux et reconnaissant que vous ayez tous pu faire partis de l'aventure.

Un merci spécial encore à Nob Ogaswara, alias Doug Dinsdale sur Twitter, pour sa franchise et ses réponses! Merci également à Sackchief pour avoir fait un vrai travail de détective et suggéré que je fasse cette interview.

Pour plus de contenu de Austin King sur Dragon Quest, vous pouvez visiter son site anglais "DragonQuestAustin.com" et lire son livre: "The Dragon Quest Book: Interviews and Reflections on the Fandom in the West" en vente sur Amazon!

Encore un grand merci à lui de nous avoir autorisé à localiser son interview et utiliser son travail pour la communauté Dragon Quest francophone!

Rien qu'une seconde... S'enflammer comme un éclair!
18511
Time Devourer
Dragon Quest SlimeDragon Quest SlimeDragon Quest SlimeDragon Quest Slime
Mardi 27 Octobre 2020 à 21:12

Très intéressant, merci de nous avoir permis de lire cela en français

L'important n'est pas de commencer mais de persévérer
40334
Mister DQFan
Dragon Quest SlimeDragon Quest SlimeDragon Quest SlimeDragon Quest SlimeDragon Quest Slime
Mercredi 28 Octobre 2020 à 15:12

Merci beaucoup pour la traduction ! Très bonne interview, on voit que le gars aime faire ce qu'il fait smiley

Let me sing you a song, and let's sing along