Cette page est un article de la communauté Dragon Quest Fan

Dragon Quest Fan est une communauté de passionnés. Le site propose ainsi un module permettant à n'importe quel membre de diffuser des articles riches en contenu afin d'aider les joueurs. Vous pouvez vous-même proposer des articles pour compléter nos dossiers!

Cet article a été écrit par Eldrick, nous le remercions pour sa contribution! Attention, certains articles peuvent prendre quelques secondes à charger!

Lire sur le forum

Dragon Quest Builders est un nouveau spin-off de la saga sur consoles PS4 et Vita, sorti au Japon en Janvier 2016 et bientôt disponible dans nos vertes contrées férues du fameux RPG japonais. Considéré comme un Minecraft-like, bien que différent en de nombreux points du géant de l'univers cubique, Builders s'attire déjà beaucoup de critiques virulentes sur sa sortie soit-disant planifiée pour "surfer sur la vague Minecraft". Pâle copie ou véritable pépite, à vous d'en juger et ce, dès le 14 octobre !

Si l'idée est largement inspirée du fameux Minecraft, avec son monde cubique et son gameplay tournant autour de la construction de villes et de bâtiments, on ne peut qu'admettre que le jeu est assez ambitieux et joliment réalisé, la présence de bugs graphiques semblant même se faire plutôt rare pour le moment. L'univers paraît encore une fois assez enfantin mais n'est en aucun cas un frein pour apprécier le jeu comme il se doit.

Mais alors, la question reste : Dragon Quest Builders vaut-il le coup ? Rien de tel qu'un petit tour d'horizon pour se faire une idée de la réponse !

 

 

  •   L'histoire en bref...

Le jeu prend place dans une fin alternative du premier opus, Dragon Quest I, dans laquelle le héros accepte de régner sur le monde aux côtés du vil Lordragon. Cependant, ce-dernier ne tient pas sa promesse et le monde d'Alefgard est mis à feu et à sang. 

 

C'est ici que vous entrez en jeu ! Votre héros est un Bâtisseur possédant le pouvoir d'ériger, de créer, de fabriquer, un pouvoir qui a été perdu par tous les habitants de ce monde infesté de monstres dont le gros méchant Lordragon a pris le contrôle. Votre rôle est de ce fait de reconstruire les cités détruites et d'attirer les survivants de l'apocalypse dans vos petits havres de paix, que les sbires du démon tenteront évidemment de rayer de la carte. 

 

 

  •   Le héros

Garçon ou fille, c'est à vous de choisir ! Votre héros sera un enfant dont vous personnaliserez vous-même la couleur des cheveux, des yeux et de la peau, avec une large palette de teintes à votre disposition. Même si ça n'est qu'un détail, on regrettera (je regretterai toute seule ?) l'impossibilité de modifier la coiffure...

 

 

 

  • La progression dans le jeu...

Plus vous construisez, plus vous gagnez d'XP, plus vous développez votre village et plus de rescapés viennent l'habiter.

 

Le concept n'est pas difficile à intégrer en soi. Vous avez une cité en ruines, il faut la reconstruire, point barre. Pas d'inquiétude, vous ne ferez pas cela à l'aveuglette, des personnages seront là pour vous guider, si ce n'est la Déesse elle-même (oui, parce que vous pouvez interagir avec les entités divines, ce n'est pas rien !). De fil en aiguille, les habitants viendront vous demander de leur construire des pièces ou des objets, et afin de progresser dans le jeu, il faudra terminer ces petites quêtes qui en sont, au final, le fil conducteur. Jusque là, rien de bien compliqué. Il suffit de récolter les matériaux nécessaires et de fabriquer les objets requis pour terminer la quête. 

 

Au fur et à mesure de votre avancée dans le jeu, de nouveaux rescapés viennent habiter votre village. Non seulement ils vous proposent des quêtes utiles à votre progression dans le jeu, mais ils peuvent également se montrer très utiles en créant eux-mêmes des objets qu'ils mettront bien au chaud dans des coffres. Vous pourrez ainsi les récupérer quand bon vous semble. En plus de cela, les habitants se battront à vos côtés pour défendre la cité contre les attaques des monstres qui hantent les environs. 

  •  Le système de combat...

À moins que ce ne soit pour récupérer des composants nécessaires à la fabrication d'objets, casser du monstre ne vous sera pas bien utile. Car en effet... les combats ne rapportent AUCUN point d'expérience, et quand je dis aucun, c'est vraiment nada, niet, quedalle. En revanche, parfois vous n'aurez pas le choix : des sessions de combats peuvent survenir à certains moments du jeu. Une horde de monstres attaquera votre village et votre but sera de les éliminer si vous ne voulez pas voir le fruit de vos efforts s'écrouler devant vos yeux (oui, les monstres peuvent, tout comme vous, casser les blocs et détruire vos bâtiments). Il est donc conseillé de toujours dédier un moment à rajouter des structures de défense autour de la cité, afin d'être mieux protégé contre un futur assaut.

Et sachant que pendant votre promenade d'après-sieste une archimère peut très bien décider de vous prendre pour cible en vous envoyant un Flamme inattendu, il est conseillé de souvent regarder autour de soi pour ne pas être pris au dépourvu. 

 

  • Un aspect Minecraft-like ?

Oui, certes, mais pas que. Contrairement à la totale liberté dont le joueur dispose dans Minecraft, ici, on est guidé par les quêtes qui s'enchaînent l'une après l'autre sans vraiment nous octroyer de temps mort. C'est de là que provient l'aspect addictif de DQ Builders, de cette impossibilité de flâner et donc de s'ennuyer. Chaque quête est suivie d'une autre, et une fois accomplies, elles permettent de débloquer des éléments indispensables à la progression dans le jeu. Et malgré cela, on peut prendre notre temps si on souhaite améliorer un peu plus sa cité ou aller se promener dans la map, qui est plutôt vaste et intéressante à explorer. 

La différence se ressent également avec la touche de Koichi Sugiyama qui nous offre ici une somptueuse bande-son orchestrale, nous faisant voyager d'un opus a un autre... Le chara-design de Toriyama est également la pièce maîtresse qui rend les graphismes si sympathiques. Un jeu somme toute plus pour les véritables fans de la saga que pour ceux qui la découvrent tout juste. 

 

 

 

  • En bref...

Points positifs

  • L'univers et les personnages attachants
  • Un gameplay bien structuré avec les quêtes qui s'enchaînent
  • La bande-son orchestrale
  • Les graphismes très agréables
  • Beaucoup de possibilités de création  


Points négatifs :

  • Pas d'XP après un combat
  • XP assez laborieuse à obtenir
  • Les commandes inhabituelles, un peu dures à prendre en main
  • Un mode histoire peut-être trop court ?

 

Mais avec seulement quatre chapitres et donc quatre villes à rebâtir, et malgré son mode libre dans lequel le joueur peut exprimer ses fantaisies architecturales les plus folles... Dragon Quest Builders saura-t-il nous procurer de longues heures de jeu sans une once d'ennui ou de répétition ? Sera-t-il trop court ? Trop simple ? S'essoufflera-t-il trop vite ? 

La réponse le 14 octobre...