[Hypothèses] L'espace-temps Zénithia (Dragon Quest IV, V, VI)

(Modérateur)
29838
Rédactrice
Dragon Quest SlimeDragon Quest SlimeDragon Quest SlimeDragon Quest Slime
Samedi 14 Mars 2020 à 16:13

 

[Hypothèses] L’espace-temps Zénithia (Dragon Quest IV, V, VI)

 

(Il peut y avoir un problème de mise en page car j'ai tout simplement copier-coller mon travail depuis un document Word.)

 

 

MàJ du 31/03/2020 : Ajout du deuxième jet et correction.

Faites Ctrl + F en y ajoutant les codes pour rejoindre la partie qui vous intéresse.

Pourquoi ce sont des hypothèses ?    [DQF1]

Les plans d’existences des personnages    [DQF2]

Un peu comme la trilogie Roto, la trilogie Zénithia fait partie d’un seul et unique plan d’existence    [DQF2.1]

La trilogie Zénithia fait partie de plusieurs plans d’existences    [DQF2.2]

Zénithia    [DQF3]

Zénithia, le monde des rêves et le monde cauchemardesque    [DQF3.1]

Lauraline, le dragon d’or et le Dragon du Zénith    [DQF3.2]

Lauraline et le dragon d’or    [DQF3.2.a]

Le dragon d’or est-il le Dragon du Zénith ?    [DQF3.2.b]

Conclusion    [DQF4]

Sources    [DQF5]

 

Pourquoi ce sont des hypothèses ? [DQF1]

 

C’est ainsi que je vais commencer ce topic. Il s’agit ni plus ni moins qu’une de mes idées que j’ai moi-même développé (il n’est pas impossible qu’elle soit en réalité présente sur au moins un site obscur japonais, je n’ai pas creusé je dois dire) à partir de différentes informations. Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il s’agit ici de discuter autour d’un sujet en particulier qu’est l’espace-temps Zénithia. 

 

Cela veut aussi dire que ces pistes sont débunkables assez facilement du fait que les “preuves” ne seraient pas suffisamment solides pour en faire une théorie complète. La principale différence tient donc de ceci !

 

Par espace-temps Zénithia, j’entends bien sûr les opus compris dans la trilogie (IV, V et VI). Mais vous allez voir que certains points vont développer des idées qui proviennent de sources externes à ces principaux jeux (spin-off entre autre).

Voyez ce topic comme des idées pouvant aider à étayer la théorie de darkwillalex sur la chronologie. Certaines choses seront manquantes ou exclues du fait de mon manque d’informations (pas sérieux de ma part, je le reconnais…). C’est surtout qu’en fait, j’ai abandonné par de nombreuses fois la rédaction de ce topic et qu’il fallait que je me concentre sur seulement quelques idées et ensuite en discuter plus loin dans les commentaires.

 

Attention, hypothèses obligent, il y a de forts risques de spoils, alors si vous ne voulez pas vous faire gâcher votre surprise, faudra rush IV et VI au moins (le V je n'ai pas réussi à tout développer, c'est encore en cours). Et sortez de ce topic aussi, éventuellement. Vous pouvez néanmoins continuer votre lecture si vous acceptez bien entendu les spoils.

 

PS : Les images sont présentes à partir de la deuxième partie sur Zénithia. Elles sont en cours pour la première partie, il faut juste que je me motive à me faire des mindmaps.

Les plans d’existences des personnages [DQF2]

 

Je commence par le plus compliqué. Accrochez-vous pour ne pas vous perdre, ça risque d’être pas mal bordélique et d’être tirés par les cheveux à d’autres endroits. Ce sera même tellement farfelu par moment que cette idée pourrait en appuyer tellement d’autres rien que sur l’idée.

 

Pour comprendre, faut raisonner comme si Dragon Quest serait en réalité l’univers de comics Marvel. C’est-à-dire un univers avec une infinité de possibilités pour un tas de choses (périodes, actions, etc).

 

Je vais faire des sous-ensembles car l’idée est vraiment très large et touche un peu tout dans le jeu. 

 

Un peu comme la trilogie Roto, la trilogie Zénithia fait partie d’un seul et unique plan d’existence [DQF2.1]

J’vous met un lien ici d’un site japonais qui a élaboré une généalogie des personnages. On en aura besoin un peu plus loin, alors gardez-le sous le coude !

 

C’est l’idée la plus courante qu’on émet. Celle que l’ordre chronologique se passe ainsi : VI => IV => V. La raison est très simple : dans Dragon Quest VI, en end-game, le rêve du personnage révèle deux futurs (proche et lointain) qui correspondent… exactement au IV (proche) et au V (lointain).

 

Alors on se dit super naturellement : wouawouh mais c’est génial, les opus se suivent ! Dès lors, on commence à se monter des généalogies pour tenter de donner des trucs à peu près concordants et un peu louche…

 

Ressortez maintenant ce magnifique lien, y’a des trucs de fou quand même… et des trucs un peu bizarre. Je précise tout de même que la généalogie adoptée par le site est celle donnée avant les remakes de chaque jeu, c’est donc normal qu’on trouve des trucs… erronées dedans. Il ne semble pas non plus que les novels et CD Theater n’ont été prise en compte, tout comme les mangas adaptés des jeux dans les rares cas. On se concentre ici sur les jeux exclusivement.

 

En terme de généalogie, on y cherche des corrélations par rapport à des caractéristiques proche des personnages (c’est ainsi que, par exemple, Alina par sa faculté à voir l’avenir en rêve et la diseuse de bonne aventure Mina pourraient être liées, d’une manière ou d’une autre, à Emilie apprentie diseuse de bonne aventure). 

 

Sauf exception, aucune des propositions de généalogie n’a été officiellement validé, mais on a eu droit à deux qui s’avère erronées [ATTENTION SPOIL] :

 

  • D’après les novels Dragon Quest IV, Edgar Mahabala l’alchimiste qui a découvert le secret de l’évolution, a adopté les filles Mina et Maya.Pour Lauraline, selon les supports, elle disparaît après l’effondrement du monde des rêves et se retrouve à Zénithia ou épouse Reck/Botsu/Somnia (entourez la mention voulue).

 

Il existe aussi quelques hypothèses difficile à prouver, tels que [ATTENTION SPOIL] :

 

  • La résurrection d’Elisa permettant d’établir une lignée entre le héros du IV et les épouses présentées durant le V, toutes adoptées.
  • Le lien possible entre Blaise et Kiryl qui a fait l’objet de discussions (beaucoup moins passionnées qu’une théorie sur Lauraline, cela dit), basée sur la ressemblance des noms japonais respectifs et… une interview de Yuji Horii expliquant que Kiryl ne savait pas très bien manipuler la magie. Blaise ne pouvait pas se servir de sa magie… sans son frère jumeau Pascal. Un consensus dans les wikis établit que cette hypothèse n’est pas prouvée.
  • Globalement tous les liens possibles sur le plan généalogique entre le VI et le IV, ainsi qu’entre le IV et le V. La seule “généalogie” qui tienne à peu près est celle d’un PNJ du IV dans le village des migrants (remake PSx) qui monte un sort pour emprisonner un monstre terrifiant dans une jarre. 

 

Sinon, il n’y a pas beaucoup de choses solides sur plusieurs choses. Même si on garde l’idée que le VI puisse être le préquel du IV, lui-même préquel du V, la généalogie est très floue, les sources bibliographiques in-game n’expliquent pas grand-chose, il n’y a peut-être pas une seule ligne de dialogue dans aucun des jeux (corrigez-moi si je me trompe !) expliquant une pareille généalogie… à part ce… PNJ.

 

C’est peut-être ainsi que l’entendait Yuji Horii dans une de ses interviews : “les opus semblent avoir un lien entre eux, alors que c’est plus compliqué que ça”.

 

Il existe toutefois des postulats au sujet de Tommy et son lien avec Nokturnus et comment il est devenu Estark. Cette vidéo vous l’explique (en japonais), tout en sachant que Tommy fait figure de héros “rival” avec le “vrai” héros Reck/Somnia/Botsu (entourez la mention utile cf plus haut). Sans trop rentrer dans le détail, Tommy est assez déterminé pour modifier la composition du monde des rêves conçu par Mortamor à l’origine, finit par être captivé par la force de Nokturnus (Dark Dream en japonais) qu’on peut voir dans le ending du VI et ainsi, par soif de puissance, se retrouve à concevoir un sort capable de décupler sa force. Ce pouvoir ? Le secret de l’évolution. C’est ainsi que Tommy devient Estark via Nokturnus.

 

Il est par contre totalement possible que celle des héros soit existante d’une manière ou d’une autre, mais ne serait pas issues (du moins, pas en partie) à un seul plan d’existence. Ça tombe bien, c’est justement le prochain sous-ensemble !

 

La trilogie Zénithia fait partie de plusieurs plans d’existences [DQF2.2]

Je vais droit au but et être franche, en admettant qu’il existe plusieurs plans d’existences, on aggrave la complexité de l’histoire, des déroulements, etc. Et on trouve ça un peu tiré par les cheveux… sauf que, aussi poussé soit cette hypothèse, les différents plans d’existences existent dans la saga. Les nier serait quelque part passer à côté de quelque chose d’important, de plus subtil, qu’une simple question d’espace-temps bizarre potentiellement bouche-trou. 

 

D’ailleurs, que savons-nous réellement de ces différents plans d’existences ?

 

Il en existe plusieurs types, divers et variés, aux impacts sur le monde totalement inégaux entre eux. On peut trouver des plans d’existences qui parviennent à avoir un réel impact sur le “véritable” (oui du coup, c’est complètement relatif comme propos et ça n’a aucun sens…) plan d’existence. On y retrouve dans le lot le monde des rêves dans DQVI qui a un impact très fort dans la réalité, d’autres à l’utilité restreinte voire inutile (le monde parallèle entre les vivants et les morts dans DQH2, il sert à rien en vrai sauf à boucher un passage dans un cimetière (wow)), et d’autres encore qui servent de “refuge” (je pense au monde des fées entre autre). Bref, il y en a pour tous les goûts.

Il en existe même qui permettent de montrer une destinée totalement différente de celle prévue à l’origine. Je pense par-là aux Builders, Hoshi no Dragon Quest voire Dragon Quest WALK (uniquement le IV pour WALK). Dès lors, on se retrouve avec les possibilités multiples que peut offrir les plans d’existences quelque peu parallèles ou hors du temps de cette “réalité” du joueur. [ATTENTION SPOIL] 

 

Builders est le monde si jamais Alef avait dit “oui” à Lordragon pour partager son domaine. Builders II est un monde imaginaire créé de toutes pièces par Kaos dans le seul but de réveiller Malroth, alors vaincu dans Dragon Quest II (ce monde imaginé par Kaos est, sur le degré d’impact du “monde réel”, identique au VI, je vais y revenir un peu plus loin). Hoshi no Dragon Quest dévoile un Dragon du Zénith rongé par les ténèbres, n’assurant plus son rôle attribué d’ordinaire dans la trilogie Zénithia. Et pour finir, Dragon Quest WALK montre à travers certaines quêtes liées à des évènements particuliers une toute autre version de Dragon Quest IV, celle d’un héros accompagné par non pas sept élus (les “guides” dans le jeu) comme prédit Mina dans sa boule de cristal, mais cinq en comptant Psaro qu’il faudra sauver… les trois autres “guides” ne le sont plus, comme n’ayant jamais eu la vocation. Ils sont bien dans le jeu, mais l’on apprendra de fil en aiguille, qu’ils n’ont pas eu cette mission. Ce sont juste des personnages… ordinaires.

 

Bon, revenons-en à notre hypothèse avec la trilogie zénithienne.

 

Il me semble important d’indiquer que les plans d’existences ne sont pas à prendre comme des éléments isolés entre eux et, par conséquent, n’ayant aucun lien entre eux. On se passerait d’un nombre considérable d’informations, en plus de rater probablement quelque chose.

 

Ces derniers agissent, en réalité, en dualité et complémentarité entre eux. Je m’explique.

 

Je l’ai dit, en introduction, que prendre Dragon Quest comme un Marvel n’est pas une idée si stupide en soi. Ce qui veut dire que chaque opus a au moins une histoire considérée comme canon. C’est celle que l’on connaît grâce aux jeux. Mais il existe dans les faits, une myriade d’histoire possible des opus. On se retrouve alors à penser qu’il existe non pas un seul IV, mais plusieurs… L’idée n’est pas farfelue, les personnages sont les mêmes, mais les péripéties et le scénario, eux, changent de tout au tout. Ce serait pareil pour le V avec les différents plans d’existence du IV. Mais le plus dur, c’est le VI car… il y a aucune information en jeu à ce sujet. On ne peut alors que déduire à partir d’autres supports et d’autres jeux. On peut toutefois aisément dire que le VI, sans les interventions dans le monde des rêves, ne serait pas le VI que l’on connaît, une Lauraline [ATTENTION SPOIL] qui n’a aucun corps dans la réalité qui finit par disparaître dans le jeu d’origine, se retrouve dans un autre VI (le manga) avec un corps et qui subsiste malgré la disparition du monde des rêves. Bref, des milliers de possibilités.

 

De ce postulat découle alors plusieurs “Dragon Quest VI” et… ça commence déjà à être compliqué. Même avec d’autres supports, on ne parvient pas à établir un lien entre le VI et le IV, si ce n’est avec Zénithia. Comme ci le IV était un peu “à part” de tout ce monde… Le IV a sa propre “mythologie”, l’histoire d’Estark et de son combat contre le Dragon du Zénith il y a un millénaire, ses propres héros “locaux”, des équipements légendaires qui n’ont rien à voir avec ceux du VI, pas de “vestiges” du VI si ce n’est, avec un peu d’imagination et de temps, la tour de Pégase dans le VI et la tour zénithienne dans le IV situé à peu près (une fourchette de localisation) au milieu de la mappemonde. En bref, pas de traces du VI et c’est normal : le VI quand le IV est sorti, n’existait pas ! ^^ 

 

Jusque-là, je ne vous apprends rien de nouveau. Loin là de dire que le VI (ou le IV, tout dépend de votre approche) est totalement séparé du reste de la trilogie, aucun ajout n’a été apporté au IV pour corréler au VI. Alors, est-ce que ça veut dire que le VI et le IV n’ont aucun lien entre eux ? Eh bien… j’ai envie de vous dire, ça dépend de quel Dragon Quest VI on parle, tout comme il s’agit de quel Dragon Quest IV on parle… et je peux continuer avec Dragon Quest V, de quel IV on parle au passé (si à minima celui que l’on connaît existe dans le V) et de quel V on parle.

 

On peut retrouver ainsi dans les différents plans d’existences :

 

  • Des personnages existants qui ont été renommés.
  • Des descendants de personnages existants dans un autre opus.
  • Des personnages ne réagissant pas de la même manière selon le héros choisi (dédicace au IV et au choix du sexe qui n’influence en rien le scénario, mais dont les personnages produisent une toute autre donnée selon que le héros principal soit un homme ou une femme).
  • Des “mythologies” propres à chaque opus de son passé. Il n’est alors pas exclu que les opus ont une vision autre du passé avec des faits exagérés, inventés voire occultés de l’histoire. Ainsi on peut dire que le V a sa “propre” version du IV avec un héros céleste qui a vaincu une calamité, laquelle n’est pas nommée. 

 

Je tiens également à réaffirmer que les personnages des opus zénithiens voyagent à travers le temps et l’espace via le spin-off Dragon Quest Heroes. La question n’est ici pas de savoir comment les personnages parviennent à se retrouver avec d’autres personnages d’autres opus (pour ceux que ça intéresse, la réponse est Empyréa), mais bien les liens qu’ils entretiennent entre les personnages d’un même opus qu’eux. Et là, on se rend compte que tous (sans exception) se connaissent, mais à des degrés différents (selon le moment de l’histoire). Ainsi, Bianca et Nera dans Heroes sont venus au moment où le héros prépare le mariage (et au moment où il choisit son épouse, par conséquent), Mina, Maya, Torneko, Alina et Kiryl se connaissant depuis longtemps et sont plutôt contents de se retrouver, on peut en déduire que le IV est à ce moment-là terminé… et ont une belle retraite de héros. Pour Olivier et Tommy, en revanche, c’est plus compliqué à définir, mais après la chute de Durhan n’est pas à exclure comme hypothèse.

 

Quand bien même, dans le plus extrême des cas, on finit par abandonner l’idée que les trois opus puissent avoir un lien entre eux (la pensée hypercritique, je la connais) qui annihile toute possibilité de connaissances, ou que l’on puisse adhérer à l’idée que comme tous les personnages du IV et du V apparaissent dans le rêve de Reck/Somnia/Botsu dans le VI, ces derniers se suivent chronologiquement et appartiennent au même plan d’existence, on peut difficilement douter d’une seule chose sur les trois opus zénithiens.

 

L’existence de Zénithia et sa forme reste inchangée et ce, malgré les opus, les dates, etc. 

 

Seul le souverain de ce château change en cours de route…

 

Zénithia [DQF3]

 

Alors, Zénithia devient le point central de toute la trilogie. Le lieu est en effet le cœur même de la trilogie, on ne parle que de ce château, c’est l’icône du IV. Il arrive même à apparaître dans le III dans un remake, c’est dire…

 

Si on suit à la lettre la méthode hypercritique qui consiste à aller jusqu’à admettre que, sans preuves tangible d’une quelconque chronologie, les opus n’ont aucun lien entre eux, si ce n’est à la limite cet énorme bâtiment surplombant le ciel.

 

Je ne pourrais pas répondre, avec certitude, à la question de savoir pourquoi Zénithia se trouve dans le remake SNES du III. J’en parlerai dans un sujet plus adéquat. Mais ce qu’il faut comprendre ici, c’est que l’on s’accordera à dire qu’il s’agit d’une présence permettant, non pas une continuité chronologique avec la trilogie Zénithia, mais de la rendre canon dans la saga.

 

Zénithia connaît toutefois deux “formes” dans la trilogie. Le VI, faisant office de préquel, nous montre de château, enserré dans le monde des rêves, avec son gros rocher. C’est même un boss à affronter dans le jeu : ce château nous attaque quand on veut y accéder par le temple qui en permet son accès. Comme ci ce château était vivant… Histoire de compliquer les choses, Zénithia est devenu maléfique des suites de Mortamor qui y a envoyé un de ses laquais (Durhan) pour s’assurer que personne ne vienne libérer facilement le château. La question naturelle, c’est de savoir comment ce château s’est retrouvé sous la coupe de Mortamor en à peine cinquante ans. La réponse ? Le monde des rêves (je vais l’expliquer plus loin).

 

Et contrairement au reste du monde des rêves qui [ATTENTION SPOIL] disparaît une fois Mortamor vaincu, Zénithia, lui, subsiste haut dans le ciel. Comme n’appartenant pas à cet autre monde qu’est le monde des rêves. Il reste immuable, tout en haut du ciel, son existence étant secrète la plupart du temps. L’énorme rocher se retrouve avec un nuage flottant comme effet “attrape-nuage” et ce même nuage, transpercé par le pouvoir de Psaro dans le IV, se retrouve dans le V. D’autres personnes estiment que la nuance de propos entre le château Zénith du VI et le château céleste du IV et V font qu’il ne s’agit même pas du même endroit, ce qui est pareil dans DQVIII quand Empyréa explique au héros qu’elle a, dans un autre monde, un autre nom, celui de Ramia (qui n’a pas la même forme qu’Empyréa, ressemblant plus à un oiseau de feu)...

 

Quel que soit la version de l’opus, qu’elle soit originelle ou alternative. Le rocher, ainsi que son château, reste ici. Hors de l’épreuve du temps et de l’espace.

 

... Oh, mais !

 

 

Zénithia, le monde des rêves et le monde cauchemardesque [DQF3.1]

Allez, on ressort notre bonne vieille histoire du VI. Je fais une rapide présentation du sujet. Je vous rassure, tout va bien se passer, c’est génial et très logique.

Contrairement à la première partie concernant les plans d’existences, vous ne seriez pas perdus car, en effet, il s’agit ici d’une remise en contexte, mais également d’expliquer le monde des rêves (parce que oui, mine de rien, ça fait beaucoup de choses imputés à ce foutu monde). Alors, qu’a-t-il de si particulier ?

Déjà, je ne vous apprends rien sur le fait que c’est Mortamor qui est à l’origine du monde des rêves. Ce monde, fabriqué de toutes pièces par son génie, avait pour but initial de lui permettre d’asseoir son pouvoir et sa domination (d’une manière très discrète, soit dit en passant). Le plan était aussi d’enserrer Zénithia (qui était seul sur son rocher à ce moment-là) car deux choses gênaient Mortamor : l’équipement légendaire d’une part, l’accès facile au monde cauchemardesque (où il se réfugie) par la Tour de Pégase d’autre part. Ce monde cauchemardesque n’est pas très clair d’ailleurs. On sait qu’il se trouve entre le monde réel et le monde des rêves (qu’il a créé), mais on ne sait pas trop où est la frontière entre les deux. Si ce n’est, point important à indiquer pour la suite, que ce monde cauchemardesque emprisonne un peu qui veut l’entendre un poil dépressif. Un autre point à souligner en plus du précédent, et pas des moindres, c’est que le passage de la personne du monde réel vers le monde cauchemardesque fait disparaître les rêves qui lui sont associés.

On peut même remarquer que le rôle du monde cauchemardesque est étrange, et pas seulement dans le fait de reprendre les “vices” si humain des... humains (c’est la meilleur déduction du topic allez hop on ferme), mais l’on retrouve aussi l’emprisonnement d’opposants aussi bien ordinaire que très important. Mes avis qu’arriver au trou de Noirgibet soit le résultat de cette politique de Mortamor d’épuisement des humains par la surreprésentation des vices de l’homme qui n’a pas marché chez certains individus. Dans le monde cauchemardesque, on retrouve tout de même un forgeron de génie (qui n’a pas la même prétention que celle d’un autre trou-à-rat (Colombourg) qui parvient à remettre à neuf l’épée légendaire de Ramias cela dit) qui forge la pièce d’armure que l’on veut (mais une seule hein, faut pas pousser pépé dans les orties... à moins que je ne me trompe de référence), un mec qui détient une robe du Dragon, le capitaine Croisefer et deux jumeaux pouvant faire péter une montagne à eux deux seuls, d’une manière totalement paisible, mais aussi vous faire sortir du monde cauchemardesque on ne sait pas trop comment, mais en y faisant un trou... et hop, vous voilà devant le temple Zénith !

Même si étudier le monde cauchemardesque est intéressant, il n’apporte pas grand-chose à notre idée, si ce n’est comment Mortamor s’occupe de ses potentiels opposants. On peut aussi dire qu’il n’est pas très futé à l’idée de prévoir que des guys pouvaient se servir du monde des rêves pour le faire tomber, monde qu’il a lui-même créé pour parvenir à ses fins...

On en revient alors toujours à notre monde des rêves. Son pouvoir est très puissant sur la réalité, nous l’avons dit. Et je viens de dire qu’il n’a pas été très futé... en fait, ce serait plutôt ses laquais, en utilisant abusivement de leurs pouvoirs, qui ont mené tout ceci à leur perte.

En fait, tout au départ a été fait depuis le monde des rêves pour faire en sorte que mettre fin à Mortamor deviennent, de fil en aiguille, impossible. Le processus a précisément pris cinquante ans. Cinquante ans pour coincer Zénithia tout seul dans son monde et empêcher Pégase d’accéder au monde cauchemardesque, détruire Sorcéria aussi bien dans le monde réel que dans le monde des rêves (parce que, fun fact, Sorcéria a fait surface aussi dans le monde des rêves et commençait déjà à poser problème), assassiner Lauraline, la descendante de la sorcière légendaire et donc d’un gros ennemi potentiel (ce qui la pousse d’ailleurs à se “réincarnée” mais à être totalement amnésique), faire disparaître le roi des mini-médailles et en faire une sorte de légende lointaine, éparpiller les équipements légendaires (quoiqu’on peut en douter, car l’épée de Ramias a été retrouvé dans son socle, mais en piteux état cinquante ans après), détruire l’Abbaye des Vocations et son usine à fabriquer des héros. On y retrouve aussi, dans le lot, verrouiller l’accès à la tour des miroirs qui contient, entre autre, le miroir de Râ...

Bref, un vaste projet qui a mis cinquante ans à se construire, non sans difficulté. Je l’ai dit plus haut, Sorcéria a été ressuscité entre temps dans le monde des rêves (et ça, c’était pas prévu dans le plan d’origine). Alors il a fallu s’assurer que tout ceci ne reviennent pas à la vie quoiqu’il en coûte... d’où les laquais de Mortamor qui servent de sceau pour emprisonner ces endroits, de tel façon que modifier le monde des rêves par les rêves de tout un chacun (parce que, je le répète encore une fois, chaque personne a son rêve qui se matérialise dans le monde des rêves) soient impossible.

Tout dans le monde des rêves a été minutieusement conçu par Mortamor pour que son monde ne se retourne pas contre, lui qui s’en est servi...

Et pourtant... jamais Mortamor n’a pu douter une seule seconde qu’un groupe d’individus puisse être capable de modifier à même le monde des rêves et s’en servir comme une force. Par ailleurs, à la fin du jeu, le créateur finissant par trépasser, ce monde créé de toutes pièces est condamné à disparaître... en même temps, obtenir aussi facilement un item qui ne reflète que la vérité en manipulant un tout petit peu le temps (on parle d’une vingtaine d’années en arrière pour récupérer la clef de la tour, à en croire que c’est une des dernière chose qui avait été scellé) avec un monde surpuissant qui a un impact aussi fort dans la réalité, c’est tout, sauf le plan du siècle...

Comme qui dirait une citation de Dracocardis : “Un grand pouvoir nécessite de grandes responsabilités” un truc comme ça...

 

Lauraline, le dragon d’or et le Dragon du Zénith [DQF3.2]

On commence à toucher à ce qui s’apparente presque à une affaire d’ampleur. Je parle bien entendu, dans grosses affaires, de grosses théories qui circulent sur beaucoup de sites japonais et où on a un peu tous les arguments et contre-arguments. Darwillalex a prévu de faire un sujet complet sur les théories reliant Lauraline, la “jeune” sorcière du VI (oui parce qu’à force de me lire, vous avez compris qu’elle a soixante-sept ans et non dix-sept ans comme on l’a pensé au départ, la faute à une mort subite il y a cinquante ans). Mais comme quand j’ai rédigé cette partie, le topic sur Lauraline n’a pas été publié (du moins, pas encore...) j’en révèle alors une partie. Cette sous-partie se divisera en deux points car là-dedans il y a deux hypothèses qui forment presque deux théories distinctes.

Lauraline et le dragon d’or [DQF3.2.a]

Avez-vous déjà vu la jaquette du VI sur SNES ? Il y a un dragon en or qui y figure et qui transporte sur son dos nos trois personnages (Reck/Somnia/Botsu, Hassan/Olivier et Milly/Émilie). Si vous n’avez jamais vu la jaquette, avez-vous joué au VI et passé au moins le prologue ? Non ?

Ce n’est pas grave, c’est cadeau (au moins, il y aura une image dans ce mindfucking topic d’une vingtaine de pages Word).


Le dragon doré visible dès l'introduction du jeu.

 

Ce dragon doré est appelé par Émilie grâce à un ocarina. On ne sait pas grand-chose de l’objet d’ailleurs, si ce n’est qu’il a été créé par Rubiss (que l’on voit sous l’eau non loin de l’île de Meurtor...). On ne sait pas trop pour quelle raison cet ocarina a été conçu et il semblerait que son rôle ne soit pas seulement celui d’appeler ce dragon.

Pour aller droit au but, cette théorie veut que le dragon d’or appelé par Émilie soit Lauraline, la sorcière que l’on croise à la tour du miroir en cours de jeu. Tout cela à cause d’une interview de Yuji Horii (encore une)...

Pour faire vite et gros sur cette interview, Yuji Horii avait déclaré que l’idée que Lauraline et le dragon d’or comme étant une seule et même personne avait été envisagé par le passé lors de la conception du scénario, mais qu’elle n’a pas abouti.

 

Dès lors, on se retrouve avec un peu beaucoup de personnes qui fouillent le VI un peu partout à la recherche du moindre indice, voire même des indices antérieurs au VI (notamment dans le V), pour trouver ne serait-ce qu’une trace de cette éventuelle affirmation.

 

Déjà, sur les jeux antérieurs (IV et V), il y a presque rien. Pas une seule once d’information si ce n’est qu’un dragon s’est transformé en humain dans le V parce que... pourquoi pas après tout. Gardez bien cette information dans un coin de votre tête, elle est cruciale pour la suite !

 

Et dans le VI (le jeu et le CD-Theater), rien de super folichon dans cette histoire. On a comme information que Lauraline, étant descendante d’une sorcière légendaire, devrait être capable de se transformer en dragon comme son ancêtre et que lors du combat contre Meurtor, Lauraline reste sur le bateau (on ne sait pas trop pourquoi, mais surveiller un bateau sachant que, plus loin, on découvre une épave qui a vraisemblablement été attaqué, reste un bon plan tout de même). Une maîtrise “parfaite” du sort Plouf! un peu comme Maya dans le IV n’est pas à exclure dans cette explication... mais vous savez que quand on tient à des théories pour le moins farfelues, on a toujours notre “preuve irréfutable” (qui n’est pas si irréfutable en soit, mais ce n’est pas un cours de dialectique et de rhétorique ici). La preuve irréfutable me diriez-vous ? Elle se trouve dans le manga du VI où lorsque Lauraline reste sur le bateau, elle voit une silhouette féminine (on ne sait pas trop qui) puis ensuite... Lauraline qui se lie au dragon d’or ! Vous l’avez compris, c’est ce même dragon qui emmènera l’équipe au donjon de Meurtor quelques pages plus loin...

 

Comme je l’ai dit au début au sujet de la généalogie, on se dit “mais c’est génial !” et comme je vais le dire maintenant pour casser le rêve de tout le monde... mais non.

 

En fait, le problème dans tout ça (et sinon ç’aurait été trop beau pour être vrai), c’est que cette histoire, même appuyée par une vieille interview de Yuji Horii, fourmille de contresens et de contradictions monumentaux. Certains sont mêmes tellement gros qu’on se demande comment le créateur de la saga a bien pu l’oublier à une vitesse fulgurante (mais d’un autre côté l’interview explique bien que la question avait été posé mais n’a pas été retenu, donc Yuji Horii n’est en rien responsable de sa propre contradiction... quoique...) ou comment les théoriciens se sont emballés à la vitesse grand V pour cette histoire.

 

Parce qu’il y a plusieurs raisons à cela. La raison la plus vieille (et vous allez vite comprendre pourquoi ce fut une excellente contradiction, déjà à l’époque), c’est que dans la version SNES du VI, on pouvait retourner au château de Meurtor, avec le même dragon et... Lauraline dans son équipe. Pour quelqu’un qui prétend qu’une sorcière est resté sur un bateau, s’est incarné en un dragon doré et que dans le même jeu on arrive à trouver que cette même sorcière peut se chevaucher elle-même... hum... bonne chance pour l’expliquer de manière rationnelle. La même explication revient avec le spin-off Scan Battle, où l’équipe du VI chevauche le même dragon doré... et Lauraline aussi. Et histoire de pousser le vice encore plus loin, la première de couverture du tome 1 du manga du VI, qui prétend que Lauraline et le dragon d’or ne sont qu’une seule et même personne, qui voit-on chevaucher le dragon d’or avec Reck et Hassan en remplaçant Milly ? Lauraline/Barbara, bien sûr ! Ça commence déjà à faire beaucoup de contradictions... mais ça n’est pas fini !

 

Parce que même après cette ancienne interview, Yuji Horii revient dessus... et esquive habilement les questions sur Lauraline et continue à faire planer la théorie. Et le meilleur dans toute cette affaire, c’est que cette contradiction dans la SNES a été retiré dans le remake DS !

 

Malgré tout ce revirement, on peut se demander pourquoi le créateur ne dit mot à ce sujet. En fait, peut-être parce que l’affaire n’a pas lieu d’être, car une autre hypothèse est largement plus plausible que celle-ci pour ce dragon d’or... C’est celle dont je vais parler !

Le dragon d’or est-il le Dragon du Zénith ? [DQF3.2.b]

Information très importante concernant cette partie : je n’ai pas trouvé beaucoup de sources japonaise sur cette idée (essentiellement via les billets de blog qui débunk l’hypothèse affirmant que Lauraline est le dragon d’or), je reprends alors des idées de ces billets et je rajoute les miennes en supplément. De toute façon, celles qui sont ajoutées par moi-même seront précisées.

 

Résolument, ce dragon d’or nous pose beaucoup de questions. Parce que si ce n’est pas Lauraline, alors qui est ce dragon d’or qui n’apparaît pas ailleurs que dans le VI ?

 

L’idée que certains sites japonais (et moi aussi) ont, c’est que ce dragon d’or soit en réalité... le Dragon du Zénith. Et il se pourrait même que cette hypothèse soit extrêmement sérieuse en ce sens. Bien plus en tout cas qu’une sorcière qui se transforme en dragon d’or (bien que je ne nie pas en particulier le pouvoir de Lauraline sur sa possible transformation en dragon).

 

Ce qui va suivre va débunk deux idées reçues, à savoir :

 

  • La théorie selon laquelle Lauraline soit le dragon d’or,
  • La théorie selon laquelle ce soit le Dragon du Zénith qui naît de l’œuf dans le ending du VI,

 

On va commencer par dire ce qu’on sait du Dragon du Zénith... et c’est déjà très compliqué, car on ne sait presque rien à son sujet. Apparaissant dès le IV, on sait simplement qu’il a enfermé Estark il y a de ça un millénaire avant le début du jeu et que depuis, il n’est plus jamais intervenu. Dans le V, il prend la forme d’un être humain appelé Dr. Agon... et il est dans un chariot de mine qui roule à l’infini (cercle) dans une grotte. La grotte n’est d’ailleurs pas très loin de la tour menant à son château (tour qui a été détruite). Et dans le VI... rien ! On a juste un gars qui s’appelle le seigneur Zénith et il n’a rien à voir avec lui.

 

Et si on en faisait une description physique, alors ? Eh bien, même ça, ça devient très compliqué... car l’on se retrouve devant deux apparences qui sont complètement différentes. Mais je vais résumer les plus simplement possible.

 

Dans les premières versions du IV et du V, le Dragon du Zénith a la peau dorée, est dotée d’une corne au bout de son museau, n’a pas de pointe qui hérisse son dos, son cou et sa queue, ainsi qu’une paire de cornes derrière la tête.

 

Dans les remakes des mêmes jeux, il est blanc cassé, n’a pas de corne au bout de son museau et possède des piques jaunes le long de son cou, son dos et de sa queue.

 

Mais le plus intéressant dans tout cela est bien entendu dans le spin-off Dragon Quest Monsters: Joker, dont le nom de “Dragon du Zénith” figure dans la description du Dragon d’albâtre, un color swap du... Seigneur dragovien. Un dragon entièrement blanc, avec une apparence similaire au Seigneur dragovien, faisant allusion à celle de Lordragon (qui, lui-même, a eu le droit à un changement de couleur en passant de la NES originelle (bleu) au remake SNES (violet qu’on connaît, aujourd’hui considéré comme canon)), mais et surtout une mention dans sa description “aussi appelé Dragon du Zénith, dans un autre plan d’existence (sic)”...

 

On a alors affaire à un petit problème dans tout le sujet. S’agit-il du même dragon alors qu’en l’espace de quinze ans, le même dragon a eu le droit à un remaniement de son apparence et de sa couleur dans les remakes et qu’on se retrouve avec un dragon qui n’a rien à voir avec lui, mais qui partage un trait avec lui dans la description d’un spin-off ?


Le Dragon du Zénith dans la version NES de Dragon Quest IV.
 

Dans la version SNES de Dragon Quest V.
 

Dans Legend in the Dark (novel Dragon Quest IV).

 

Et quelques années après, on a un artwork de ce dragon qui change complètement des jeux NES et SNES jusqu’ici, ainsi que des novels. Je me permet de souligner que ces trois images reprennent fidèlement l’illustration du même dragon sur la jaquette japonaise de Dragon Quest IV NES, c’est assez rare d’avoir un détail aussi important.

 


Notre Dragon du Zénith après relooking obligatoire avec le remake PlayStation de Dragon Quest IV.
 

Dans Dragon Quest Monsters: Joker 2.
 

Sa miniature, dans le même jeu.
 

Le dragon d'albâtre dans Dragon Quest Monsters: Joker, qui y partage le même nom dans sa description.
 

Dans le remake DS du IV (honteusement emprunter dans la soluce du site...).
 

Pareil que son VDD, mais dans le remake DS du V (aussi emprunter dans la soluce du site).

 

Dès lors, on commence à se poser des questions. La première chose qu’on peut se demander, c’est de savoir s’il ne s’agit pas d’une question de limite graphique dans le IV et le V. Le truc, c’est que DQMJ2 est exactement dans la même plateforme que le IV et le V... mais il est vrai que le moteur graphique n’est pas le même.

 

Alors, quelle est la véritable forme du Dragon du Zénith ? Parce qu’il y en a tellement...

 

En fait, la question, c’est de savoir si c’est le même Dragon du Zénith que l’on parle. Oui, je vais revenir sur ma théorie des plans d’existences car le Dragon du Zénith, pour moi, en est la parfaite illustration. Si au moins le Dragon d’albâtre semble peu canon (même si, en tout cas dans Hoshi no Dragon Quest, le Seigneur dragovien s’apparente plus à un dieu et est même mis à la même échelle que Célestelle et le Numen, c’est dire), il faut savoir que les deux formes du Dragon du Zénith montrés précédemment... sont en réalité le même personnage.

L’un d’eux, Hoshi no Dragon Quest (encore lui), du moins dans la version japonaise, couvre un événement appelé History of Master Dragon. Vous le devinez, le sujet, c’est l’histoire du Dragon du Zénith. Bien que je n’ai pas compris une seule ligne de texte en japonais, l’une d’elle a toutefois retenue mon attention.


Ce dragon ne vous rappelle-t-il pas un dragon doré vu précédemment ? Et il dit s’appeler “Master Dragon” (nom japonais du Dragon du Zénith).

 

Oui, cette forme ressemble bien au dragon doré du VI, mais et surtout, il dit s’appeler Dragon du Zénith ! Tant et si bien qu’une fois vaincu (parce que oui, il va falloir le battre), ce dragon sera libéré des ténèbres... qui n’est autre que...


Le satané dragon doré du VI, qui s’appelle Dragon du Zénith...

 

De quoi donner le tournis ! Et dans la même veine que Hoshi no Dragon Quest, on a un jeu, Dragon Quest Monsters Super Light, qui reprend exactement l’artwork remanié du Dragon du Zénith (celui de DQMJ2 et qui sert d’artwork officiel depuis le remake du IV donc). Le même jeu a implanté un color swap du Dragon du Zénith, en blanc et bleu qui s’appelle… Dragon du Zénith en japonais. Mais il faut bien préciser une chose : ce Dragon du Zénith n’a strictement rien à voir avec celui que l’on parle depuis le début qui s’appelle normalement “Master Dragon”. Il s'agit simplement d'une référence au nom non-oriental de la bestiole d'origine. Décidément, cela ne donne même plus le tournis, c’est qu’on a fini par se faire marcher sur la tête par pareille incohérence !

 


Dragon du Zénith/Master Dragon dans Dragon Quest Monsters Super Light.
 

Et son color swap, qui s'appelle Dragon du Zénith en japonais dans le même jeu (et sans ambiguïté, ni transition) !

 

Même si la partie Hoshi no Dragon Quest a été ajouté par moi, des sites japonais se sont basés sur les Dragon Quest Monsters Scan Battle pour étayer la théorie. C’est le même argument qui est utilisé pour débunker celle de Lauraline d’ailleurs... car non seulement Lauraline chevauche ce dragon doré, mais c’est que lorsqu’on “l’appelle” il est nommé précisément... Dragon du Zénith !

 

Toujours est-il que, dans l’idée, c’est que le Dragon du Zénith ne devient réellement important qu’à partir de la fin du VI. L’œuf dont beaucoup pense qu’il s’agit de celui duquel il naîtra, n’est peut-être simplement que le pouvoir qui lui sera confié, le Seigneur Zénith ne pouvant plus assumer son rôle (d’où pourquoi, à la fin du jeu, il déclare, lors de l’éclosion de l’œuf, qu’il s’agit d’une “nouvelle ère”). Dès lors incombe la tâche au nouveau “roi” de Zénithia celui d’en être son gardien, ainsi que de celui du monde du dessous... et de là, de l’histoire que l’on connaît de lui : son combat contre Estark, le fait qu’il ait tué par inadvertance un pauvre bûcheron qui a couché avec une de ses protégées tombée du ciel (oups), sa transformation en être humain.

 

 

Conclusion [DQF4]

Ce que l’on peut dire, c’est qu’il est difficile de cerner avec précision le lien exact entre Dragon Quest IV, Dragon Quest V et Dragon Quest VI. Le fait est que l’on se retrouve à questionner constamment à l’idée de savoir quelle est la meilleure approche à aborder avec ce sujet, tout en reconnaissant que le créateur de la saga, Yuji Horii, arrive à se contredire lui-même quand il parle de sa saga.

Il faut tout de même avouer qu’à l’époque de leur sortie respective, l’imagination était très libre, et qu’on pouvait penser un peu ce que l’on veut.

Même si l’on ne peut pas établir précisément les faits (et surtout parce que je n’ai pas envie de reconnaître avoir fait une vingtaine de pages de Word avec des images pour rien, même si j’ai vraiment envie que ce qui est écrit soit exact), on peut quand même souligner des similitudes qui font que ces trois opus, à défaut de ne pas avoir de lien chronologique entre eux dans la pire situation, ont au moins une base en commun, celle d’un château qui vole dans le ciel et de la naissance d’un dragon tout-puissant pas tout à fait divin, mais presque.

 

Du reste, étant donner que chacun des éléments finissent même par se contredire entre eux, c’est aussi de faire la part des choses. C’est à vous de vous faire votre propre opinion sur votre propre perception de la trilogie Zénithia. Je soutiens personnellement, par principe de rasoir d’Occam, que les Dragon Quest puisse se passer de multiples fois, avec des variantes dans leur histoire. Ce faisant, chaque Dragon Quest étant par essence “unique” pour chaque “version” de l’histoire, l’on peut alors rejeter aucune hypothèse, puisque le Dragon du Zénith peut ne pas être le même entre les premières versions et les remakes, et c’est aussi pourquoi on ne puisse pas avoir le même Dragon Quest IV raconté dans Dragon Quest V (même si c’est raconté de manière exhaustive) car, après tout, parlons-nous du Dragon Quest IV où le héros est Solo, un homme gaillard issu de l’union entre un bûcheron et une zénithienne, ou du Dragon Quest IV où le héros est Sofia, une femme que l’on pourrait dire qu’il s’agit de Solo s’il avait été une femme et non un homme ? Roto pouvait très bien être une femme et non un homme comme on peut le croiser dans tous les autres supports hormis le jeu. Alors, pourquoi pas une femme ? Ha ha.

 

C’est pour cela que j’ai parlé abusivement de version “canon” et de version “alternative”, tout en pensant que les deux sont “vraies” dans tous les cas. Mais tout dépend de votre position sur le sujet.

 

Ma pensée implique ainsi ce présupposé que l’on ne peut pas exclure les versions d’origines des jeux sous prétexte que les remakes viennent les compléter et que, par conséquent, ces derniers deviennent canons au regard de tous. Il me semble pourtant important de développer les autres idées qui ont été trouvé sur la toile du Web.

 

Je suis évidemment ouverte aux objections sur ce topic, je serais effectivement ravie d’en apprendre plus sur vos positions et de savoir ce que vous, vous en pensez. Parce qu’après tout, il n’y a pas qu’une vision d’un fait, il en existe une multitude.

 

J’espère, en tout cas, que ce topic vous aura plu, autant qu’il m’aura plu à la rédaction et à ses recherches, que vous avez appris des choses durant ces lignes (aussi bien des bonnes comme des mauvaises), tout comme vous avez le droit de n’avoir pas appris grand chose et de pouvoir dire aussi que ce topic... eh bien, qu’il se prend trop le chou pour trois pauvres jeux.

 

_____________________________________________________

Sources [DQF5]

 

Sources vidéoludiques et papiers :

 

  • Les jeux Dragon Quest IV (V) et VI
  • Dragon Quest IV novels (compléments d'informations)
  • Legend in the Dark (novel Dragon Quest IV)
  • Dragon Quest VI manga (lecture entière)
  • Dragon Quest VI novels (compléments d’informations)
  • Dragon Quest IV CD-Thater (Vol.1 à 3)
  • Dragon Quest V CD-Theater (Vol.1 à 3)
  • Dragon Quest VI CD-Theater (Vol.1 et 2)
  • Spin-off Dragon Quest Heroes et Heroes II
  • Spin-off Dragon Quest Scan Battle (Battle Road Victory etc)
  • Spin-off Hoshi no Dragon Quest
  • Spin-off Dragon Quest Builders et Builders II (pour les comparaisons d'indices)
  • Spin-off Dragon Quest Monsters: Joker et Joker 2
  • Spin-off Dragon Quest Monsters Super Light

 

Sitographie (cliquez sur les liens) :

 

  • Deux références se retrouvent dans le texte que je remets (la généalogie et la vidéo expliquant la théorie de Tommy)
  • Un article (payant) mais dont les quelques lignes disponible gratuitement expliquent bien l'importance du monde des rêves dans Dragon Quest VI
  • Trois billets de blog concernant Lauraline selon les points de vues : un qui soutient que Lauraline soit en lien avec le dragon d’or, un autre qui critique la théorie tout en proposant d’autres axes et un troisième qui explique la situation par rapport aux informations récoltées en jeu
  • Un article sur le lien entre le dragon d’or dans le VI et le Dragon du Zénith que l’on retrouve dans le IV et le V, qui débunk la théorie de Barbara liée au dragon d’or au passage
  • Un billet de blog expliquant l’argumentaire soutenant la généalogie Blaise/Kiryl
  • Un fan site sur Dragon Quest WALK montrant les quêtes existantes en jeu. Ici, le cas Borya et Kiryl qui ne figurent pas parmi les "guides" comme dans le jeu d'origine
  • Je source les screenshots de DQIV NES et DQV SNES que j'utilise dans mon topic, qui vient d’un let’s play du jeu, réalisé par darkmurkrow (ce qui m’a épargné des heures)
  • Le sprite du Dragon du Zénith sur DQMJ2 ainsi que son modèle réduit proviennent du site woodus.com.
  • Pour les screenshots de la version DS, il s’agit de ceux piqués dans la soluce du site dragonquest-fan.com (suis-je franchement obligée de lui donner une redirection ?)
  • El famoso wiki japonais des fans de Dragon Quest, ici pointée vers Dragon Quest IV, mais l'on peut retrouver les informations sur les personnages, les opus, etc...

_________________________________________________________

Remerciements

darkwillalex pour avoir prêter oreille attentive et m'avoir donner un petit tuyau sans quoi cet article aurait été beaucoup moins touffu.

Tigali, ainsi que Neustralos, pour leur soutien.

Poppu pour sa persévérance (oui oui, je t'ai vu venir petit webmestre).

Dédicace pour mon ami de fac Cyril qui m'a demandé conseil pour commencer un DQ... et l'aventure folle de cet article.

Retour de la Chronique du rétro-gameur, nouveau script, nouvelle version !
(Administrateur)
1
Master Chief
Dragon Quest SlimeDragon Quest SlimeDragon Quest SlimeDragon Quest SlimeDragon Quest SlimeDragon Quest Slime
Samedi 14 Mars 2020 à 19:02

Wow, super article, typiquement le genre de prose que j'adore lire! Merci pour ton travail

Les liens entre DQ IV, V et VI continuent décidemment de faire couler beaucoup d'encre!

Rien qu'une seconde... S'enflammer comme un éclair!
Dimanche 15 Mars 2020 à 00:06

Super article bien agréable à lire ! 

J'en retiens surtout ton hypothèse qui reprends un peu ce qu'on retrouve dans les comics ou encore ROSA, le fait que chaque jeu ai pu se passer plein de fois possible, et que chaque itération d'un même jeu (NES, Snes, PS, DS etc) peut en théorie coexister avec les autres, sur un autre plan. 

Une sorte de multivers Dragon Quest, et plus seulement un univers aux multiples branches temporelles. C'est effectivement super intéressant à imaginer, et ça vient même a en donner le tournis haha ! 

"Whatever else happens, I am... the Doctor. Whether you like it... or not" "Mel, am I not permitted an occasional moment of melodrama??"
25227
Membre
Dragon Quest Slime
Lundi 16 Mars 2020 à 00:47

Salut, et idem pour le 3eme... j'ai enfin eu le temps de lire ce favoris ^^

Super sujet et super job ;) merci.


J'en profite pour déterrer un topic en rapport qu'on avait commencé en 2011 (et potentiellement "fini" en 2016 ^^) qui m'avait également passionné... ^^ pour ceux que ça intéresserait (ou ceux qui aurait oublié huhu) :

Chronologie fictive de Dragon Quest

Bonne Soirée :)

¸,ø¤°`~Hyuunkel~°¤ø,¸
(Administrateur)
2514
Mercenaire Solitaire
Dragon Quest SlimeDragon Quest SlimeDragon Quest SlimeDragon Quest SlimeDragon Quest SlimeDragon Quest Slime
Lundi 16 Mars 2020 à 09:47

Cette article est en effet super bien écris et nous permet d'y voir un peu plus clair sur de nombreuses questions qu'on aurait pu se poser par le passé, bien que tout soit basé sur des hypothèses lié aux jeux et spin off qui complémente certaines informations.

Je suis le mercenaire solitaire, combattant étranger aux parties en conflit
(Modérateur)
29838
Rédactrice
Dragon Quest SlimeDragon Quest SlimeDragon Quest SlimeDragon Quest Slime
Mardi 31 Mars 2020 à 17:51

Petit up de trois semaines pour faire part de la màj du dossier. J'ai ajouté la deuxième partie et ne développerait pas plus le sujet, sinon l'article serait beaucoup trop long (déjà qu'il est très long).

Je ferai surtout des petites mises à jours concernant la mise en page ainsi que la correction si après plusieurs relectures je retrouve des fautes d'accords, de conjugaison ou encore de syntaxe.

Edit : Après avoir été voir du côté du Twitter nippon, j'ai vu des screens assez incroyables de persos du IV dans le X... perso vu la date à laquelle ça correspond au Japon, je ne me fais pas trop d'illusion là-dessus. ^^

Je vous laisse pianoter sur vos claviers et à la prochaine pour un autre sujet !

Retour de la Chronique du rétro-gameur, nouveau script, nouvelle version !